Les femmes d’ASWAT

Nous sommes des femmes dans une société patriarcale où la voix des femmes n’est pas entendue. Rien n’appartient à une femme, elle ne s’appartient même pas à elle-même. Tout dans sa vie est contrôlé par une figure masculine, qu’il s’agisse d’un père, d’un frère ou même d’un oncle. Elle est sous le contrôle permanent de sa communauté, dans son quartier, dans la rue, à l’école, à l’université, finalement partout où elle se trouve il y aura quelqu’un pour la surveiller et la juger. Selon la perception traditionnelle de notre société, une femme représente la réputation et l’honneur de la famille, un très lourd fardeau que nous devons supporter et endurer jusqu’au jour de notre mort. « La réputation d’une femme est comme un miroir, une fois brisée elle ne peut jamais être réparée » un dicton très connu pour toutes les femmes de notre communauté, et qui symbolise de façon juste le type de pression sous laquelle la société place les femmes. De nombreuses jeunes femmes sont forcées de quitter l’école lorsqu’elles sont physiquement matures à cause de la crainte qu’elles puissent être facilement influencées et apporter la honte à leurs familles. La société vit sous la crainte constante que les femmes puissent faire honte à elles-mêmes, à leurs familles et à leur communauté. Les femmes ne sont pas capables de prendre soin d’elles-mêmes, elles doivent toujours dépendre d’un homme pour être protégées et pour qu’il subvienne à ses besoins, parce qu’elles sont vulnérables et faibles, ou du moins, c’est comme cela qu’elles sont traditionnellement vues. Selon la société, le rôle des femmes se limite à être la mère, ou la fille/sœur qui deviendra elle-même une mère une fois qu’elle sera en âge de le faire.

Nous sommes des Palestiniennes vivant sous l’occupation israélienne. La situation politique se détériore avec le temps, et le droit des femmes est repoussé à plus tard sur l’agenda politique et social. A chaque fois qu’une femme essaye de prendre la parole, elle doit faire face aux réactions furieuses de ses voisins. Nous sommes sous occupation depuis 1948. Etre palestinienne dans ce pays signifie n’avoir qu’un contrôle limité sur ta vie ; tout est dans les mains des occupants. Tu es limitée pour te déplacer parce que la plupart du temps tu ne peux pas le faire, à cause des couvre-feux, des fermetures, des check-points et du Mur que le gouvernement israélien a commencé à construire en 2002 autour de la Cisjordanie. Tu focalises toute ton énergie pour être capable de subvenir aux besoins de ta famille et simplement, dans la plupart des cas, pour être simplement capable de survivre.

Nous sommes homosexuelles dans une société qui n’a aucune tolérance pour la diversité sexuelle. Le « coming out » n’est même pas une possibilité parce que ses conséquences peuvent être très graves. Les options qui s’ouvrent à nous sont très minces : soit nous vivons une double vie afin de survivre et de conserver de bonnes relations avec la famille, ou s’enfuir en Israël où nous pouvons être forcées à une vie difficile : prostitution, drogue ; etc.

Nous avons décidé que l’heure était venue pour défier les normes de notre société et de faire entendre une voix pour le changement.


Site internet d’ASWAT (pages en anglais et en arabe) :
http://www.aswatgroup.org/english/

~ par libertefemmespalestine sur novembre 10, 2006.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :