Stop à la lapidation pour toujours !

Action

Cher(e)s ami(e)s,

Comme vous le savez, la lapidation est une forme particulièrement violente d’exécution. Elle est imposée comme forme de punition pour « adultère » en Iran. Actuellement, plus de neuf femmes et deux hommes attendent leur exécution par lapidation, dont une femme qui a été condamnée pour adultère et qui a déclarée avoir été forcée a se prostituer. Plusieurs organisation de défense des droits humains, d’avocat(e)s et de militant(e)s pour les droits humains et des personnes se sentant concernées ont appelé le gouvernement iranien a abolir la pratique violente et barbare de la lapidation.

Nous espérons que vous aussi, vous vous joindrez a nous dans cette lutte importante pour exiger du gouvernement iranien qu’il revienne sur toutes les condamnations a mort par lapidation et demander aux dirigeants iraniens l’abolition définitive de la pratique de la lapidation.

Pour toute question ou demande d’information supplémentaire, n’hésitez pas à nous contacter.

Avec nos meilleurs sentiments,

Lily Mazahery, Esq.
Presidente du Legal Right Institute
Washington, DC

Nazanin Boniadi
Atrice et militante des droits humains
Artists for Human Rights
Los Angeles, Californie.



Stop à la lapidation pour toujours

À : Son Excellence Ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi, M. Golam-Ali Haddad-Adel, dirigeant du parlement iranien

Sujet : Pétition pour abolir la loi sur la lapidation

L’action de punir des gens par lapidation jusqu’au ce que mort s’en suive dans le monde actuel est un acte de brutalité tellement inacceptable et inhumain que même les membres du gouvernement ont honte d’avouer cette pratique et ont publie un démenti que cette pratique sordide ait encore cours en Iran. Malgré le démenti du gouvernement, cette peine est inscrite dans le Code Pénal Islamique et peut être appliquée de façon tout a fait légale.

Nous, signataires, sommes extrêmement alarmes que la condamnation a mort par lapidation soit adopte par le système judiciaire du pays comme étant une forme possible de châtiment. Et bien qu’en décembre 2002, son Excellence a décide d’un moratoire sur ce type de sentence, les lapidations ont en réalité continue dans différentes régions du pays. En mai 2006, dans la ville de Mashhad, une femme, Mahboubeh M., et un homme, Abbas H., ont été lapides a mort.

Avant leur exécution par lapidation, avant leur mort, ces deux personnes ont été traitées comme si elles étaient déjà mortes. Selon les traditions islamiques, leurs corps ont été laves comme s’il s’agissait de corps sans vie, puis drapes de kaftans ou de voiles blancs. Ils ont ensuite été enterres dans le sol, le corps de Mahboudeh jusqu’a ses épaules et celui d’Abbas jusqu’a sa poitrine. La foule, réunie pour lapider ces deux personnes lentement a mort, comme le précise la loi, les a vises a coup de pierres. Tout cela a eut lieu sans être mentionne dans les medias publics du pays.

A part ces deux cas cites plus haut, au moins onze personnes, neuf femmes et deux hommes comme mentionnes plus haut, ont été condamnes a la lapidation a mort. Leur situation est dramatique. Il est aussi possible que d’autres personnes aient été condamnées a mort par lapidation sans que nous en soyons informes.

1. Madame Parisa A. (Prison d’Adel Abad, Chiraz)

2. Madame Kobra N. (Prison de Tabriz, Tabriz)

3. Madame Kheireyeh V. (Prison de Sepidar, Ahwaz)

4. Madame Iran A. (Prison de Sepidar, Ahwaz)

5. Madame Malak (Shamameh) Ghorbany (Prison de Orumieh, Orumieh)

6. Madame Hajieh Esmailvand (Prison de Jolfa, Jolfa)

7. Madame Soghra Molawyi (Prison de Varamin, Varamin)

8. Madame Ashraf Kalhori (Prison d’Evin, Teheran)

9. Madame Fatemeh (Teheran)

10. Monsieur Abdollah Farivar (Prison de Sari, Sari)

11. Monsieur Najaf A. (Prison d’Abdel-Abad, Chiraz)

Selon l’article 6 de la Convention Internationale des Droits Civils et Politiques, signée par l’Iran en 1975, « dans les pays qui n’ont pas aboli la peine de mort, la peine de mort ne doit être impose que pour les crimes les plus graves ». L’article 7 de la même convention stipule que « Nul ne doit être soumis a la torture, a des traitements ou châtiments inhumains ou dégradants ». Tout en ayant ratifie cette convention, le Code Pénal Islamique donne aux juges le droit de condamner les accuses a la mort par lapidation, et cela même si le crime d’adultère n’a pas été prouve, toujours selon le même code pénal. L’article #105 du Code Pénal Islamique donne aux juges le droit absolu de condamner les accuses a la mort par lapidation sur la seule interprétation subjective du juge de l’affaire.

Nous, signataires, demandons et agissons pour que soit changées toutes les lois contraire aux droits humains. Nous pensons qu’aucun crime ne mérite un châtiment comme la peine de mort par lapidation, et insistons pour que cette pratique inhumaine soit abolie pour toujours.

Pétition (en anglais)

~ par libertefemmespalestine sur décembre 21, 2006.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :