Le Hamas ordonne le retrait d’un livre de contes des écoles

RAMALLAH, Cisjordanie (AP, 5 mars 2007) – Le ministère palestinien de l’Education a ordonné le retrait d’un livre de contes des bibliothèques scolaires en raison de termes sexuellement explicites. Une mesure qui inquiète dans les Territoires, plus d’un an après la victoire du Hamas.

L’anthologie de 400 pages, racontée par des Palestiniennes, a été publiée pour la première fois en anglais en 1989 par l’Université de Californie à Berkeley. Elle a été assemblée par Sharif Kanaana, romancier et professeur d’anthropologie à l’Université de Bir Zeit, en Cisjordanie, et par Ibrahim Muhawi, professeur de littérature arabe.

Selon Sharif Kanaana, un conte intitulé « Le Petit oiseau » est probablement l’une des raisons de cette interdiction, un de ses chapitres mentionnant les parties intimes. Dans leurs notes, les auteurs expliquent que l’oiseau de l’histoire est un symbole de la féminité, ajoutant que l’utilisation de sujets sexuels dans le folklore palestinien est une source principale d’humour.

Le romancier cisjordanien Zakariya Mohammed craint que l’interdiction du livre intitulé « Parle, l’oiseau, parle encore« , qui rassemble 45 contes populaires, ne soit que le début, et exhorte les intellectuels à réagir. « Si nous ne nous opposons pas maintenant aux islamistes, ils n’auront de cesse de confisquer les livres, les chansons et le folklore« , prévient-il.

Le ministre de l’Education Nasser Shaer, issu du Hamas, a confirmé à l’Associated Press que ce retrait avait été ordonné dans toutes les bibliothèques scolaires, affirmant que le livre était « rempli d’expression sexuelles claires« . Il a cependant démenti les informations selon lesquelles les exemplaires auraient été détruits. Un haut responsable du ministère s’exprimant sous couvert d’anonymat a affirmé que 1.500 copies avaient été retirées des écoles et détruites.

Hanane Ashrawi, parlementaire indépendante et ancienne ministre, a qualifié la décision de retirer ce livre de « scandaleuse ». « Si c’est ce qui nous attend, c’est extrêmement inquiétant« . Le Hamas devant conserver le portefeuille de l’Education dans le gouvernement d’union nationale formé avec le Fatah, elle a plaidé pour la création d’une commission indépendante chargée de l’art et de l’éducation.

Depuis son arrivée au pouvoir l’an dernier, le Mouvement de la résistance islamique n’a guère tenté d’imposer son idéologie à la société palestinienne, malgré les craintes suscitées. Certains observateurs estiment que l’organisation était trop occupée à gérer les sanctions internationales et à empêcher le gouvernement de chuter.

Mais depuis quelques mois, les ministères contrôlés par le Hamas ont commencé à forcer les femmes à être voilées pour entrer dans le bâtiment. Et à Qalqiliya, les responsables Hamas de la municipalité ont réveillé l’inquiétude en interdisant un festival local de musique et en expliquant que la mixité hommes-femmes lors de ce genre d’événements était interdite par l’islam.

Dans une lettre adressée le mois dernier au district scolaire de Naplouse, le ministère de l’Education expliquait que le livre devait être retiré dans la semaine. Le courrier n’apportait aucune justification à cette soudaine interdiction.

Après la version originale en anglais, une version française, publiée par l’UNESCO, a suivi en 1997. L’anthologie en arabe est sortie en 2001, précise Sharif Kanaana, qui vit à Ramallah. A l’époque de la première publication en arabe, le ministère palestinien de la Culture avait demandé 3.000 exemplaires, puis les avait distribués dans les écoles, poursuit l’enseignant.

Selon lui, les histoires ne devraient pas être modifiées, parce que c’est ainsi qu’elles ont été transmises de génération en génération par des femmes originaires de différentes régions des territoires palestiniens. Il n’est pas opposé à une version édulcorée pour les enfants, mais l’originale devrait être conservée, pour des raisons historiques. « Ce n’est pas à nous de juger ce livre », observe-t-il. « C’est un livre universitaire, scientifique« .

~ par libertefemmespalestine sur mars 5, 2007.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :