Irak : Dénoncez la lapidation de Doa, jeune fille kurde dont le seul « crime » était d’être amoureuse !

Le 7 avril, Doa, âgée de 17 ans, fut lapidée et tuée à Bashiqa (dans les environs de Mossoul) par des hommes de sa famille. Le seul « crime » de Doa, jeune kurde yézidi, fut d’être amoureuse d’un arabe musulman. Le meurtre a été commis en plein jour devant des membres de la police et des forces de sécurité kurdes qui n’ont rien fait pour empêcher le crime.
Voir cet article pour plus d’informations

Plusieurs organisations, féministes et personnalités kurdes et irakiennes lancent une campagne et une pétition pour dénoncer ce meurtre horrible, exiger que les assassins soient jugés et punis et pour que le gouvernement régional kurde prenne les mesures nécessaires pour protéger les femmes contre ces violences. Le 29 avril, à Erbil (Kurdistan irakien), des femmes et aussi des hommes amoureux de la liberté, ont manifesté pour que de tels meurtres ne se reproduisent plus (voir des photos de la manif). Les islamistes kurdes, eux, comme des charognards cherchent à utiliser ce crime ignoble pour attiser la haine sectaire contre tous les yézidis (voir le communiqué d’ICAHK).

Texte de la pétition en français :

Au : Gouvernement Régional Kurde

Campagne Internationale contre le meurtre et la lapidation de femmes au Kurdistan

Condamnez la lapidation brutale à mort de Doa, une jeune femme dont le seul crime était d’être amoureuse !

Doa a été lapidée à mort dans le centre ville de Bashiqa, devant des centaines de personnes et les autorités n’ont rien fait pour empêcher ce crime. Au contraire, elles étaient présentes et ont pavé la voie à ce crime horrible.

Doa était une jeune fille de 17 ans d’une famille yézidi ; elle fut sortie de chez elle par quelques hommes yézidis qui avaient découvert qu’elle avait été amoureuse d’un arabe musulman et lui avait rendu visite. Ils l’ont lapidée publiquement le 7 avril 2007 dans la ville de Bashiqa.

On sait que les femmes du Kurdistan et d’Irak sont opprimées. Les quelques droits qu’elles ont sont très limités et elles sont généralement traitées comme des sous-humains.

Meurtres, suicides et violences contre les femmes sont une réalité quotidienne dans cette région. Pourtant un crime de cette nature est quelque chose de nouveau au Kurdistan, et c’est là une indication que de tels crimes sont actuellement tolérés. Les assassins de Doa sont toujours en liberté.

L’échec du gouvernement pour protéger les femmes et mettre en place des lois contre les criminels a créé une situation où des milliers de femmes sont victimes des prétendus « crimes d’honneur ». La violence augmente comme conséquence des traditions patriarcales et religieuses.

Nous condamnons fermement cet acte barbare et appelons toutes les organisations pour les droits humains et les droits des femmes, tous les partis politiques et militant(e)s du Kurdistan et du monde entier à condamner ce crime.

Au 21ème siècle, que de tels crimes puissent avoir lieu en plein jour n’est pas seulement une honte pour toute la société, c’est une honte pour le gouvernement qui est incapable de protéger les femmes de telles pratiques inhumaines et obscurantistes. La lapidation de Doa crée un dangereux précédent et que de plus en plus de femmes soient victimes de lapidation.

Nous tenons le Gouvernement Régional du Kurdistan pour responsable de la protection des femmes et de leurs vies dans la région, et affirmons qu’il faut mettre fin aux brutalités et violences contre les femmes.

Aussi, les signataires demandent :
– Que le Gouvernement Régional Kurde juge et punisse les assassins ;
– Que le Gouvernement Régional Kurde mette en place une législation contre la terreur, les meurtres et l’oppression des femmes et qu’il punisse les criminels ;
– Pour éviter que ce crime barbare devienne une norme et une pratique dans la société kurde, le Gouvernement Régional Kurde doit criminaliser la lapidation.

Initiatrices et initiateurs de la campagne :
Houzan Mahmoud, représentante à l’étranger de l’Organisation pour la Liberté des Femmes en Irak (OWFI) et coordinatrice de la campagne.
Raga Rauf : écrivain, militante pour le droit des femmes et coordinatrice de la campagne.
Samera Mohammed : éditrice de Rasan, journal pour femmes au Kurdistan.
Yanar Mohammed : Présidente de l’Organisation pour la Liberté des Femmes en Irak.
Aram Ali : coordinateur du site kurde www.bopeshawa.com
Baker Ahmad : écrivain et poète
Dler Colnadar : membre du bureau exécutif de l’organisation CHAK
Omar Faris : coordinateur du site kurde www.kurdsitannet.org
Dina Nammi : Campagne Internationale contre les Crimes d’Honneur
Amal Almas : Ligue des Femmes Irakiennes, Gothenburg, Suède
Fédération des Syndicats et Conseils Ouvriers d’Irak, représentant(e)s du Kurdistan
Chro Sabir : directrice de l’organisation e femmes Rasan au Kurdistan
Hana Shwan : journaliste et militante des droits des femmes au Kurdistan
Hamza Abd : Maison de la Culture Irakienne à Gothenburg, Suède

Pour joindre cette campagne et affirmer votre soutien, merci de contacter :
Houzan Mahmoud, houzan73@yahoo.co.uk et Rega Rauf, rega_rauf@yahoo.com

Signez la pétition à cette adresse

ICAHK, Campagne Internationale contre les Crimes d’Honneur, 29 avril 2007

~ par libertefemmespalestine sur avril 30, 2007.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :